Leçon de vie – Rencontre avec Léa

Il y a 2 mois environ, un pote me parlait d’une de ses amies, dont la force de caractère, le courage et l’état d’esprit  le bluffaient totalement.  

Elle s’appelle Lea, elle a 27 ans, elle est très sportive de nature, et elle a toujours été pleine de vie.  A 20 ans, elle a subit un grave accident de snowboard alors qu’elle était avec son copain à la montagne, accident qui la conduit dans un fauteuil pour le reste de sa vie.
Tétraplegique , Lea n’a aujourd’hui plus le contrôle de ses jambes, et n’a qu’un contrôle partiel de ses bras.
Pourtant, même si sa vie a basculé, Lea a réussi à se relever de cette expérience douloureuse grâce à son mental d’acier, à son copain et à sa famille, et elle est parvenue à se reconstruire et à vivre à nouveau, avec joie, bonne humeur et énergie.

J’ai vraiment eu envie de vous la présenter car son mental et sa personnalité sont supers inspirants. C’est une sacré leçon de vie, qui nous remet bien à notre place et qui nous fait réfléchir sur beaucoup de choses…

Salut Lea, alors est-ce que tu peux commencer par te présenter rapidement?

Salut, alors je vais avoir 28 ans cette année, je suis tétraplégique depuis Mars 2009 suite à un accident (très con, quasiment à l’arrêt) en snowboard. Je suis prof de chinois depuis peu, et je devrais  bientôt pouvoir m’installerpour de bon à Tahiti… (affaire à suivre….)

Lea PMR tétraplégique kitesurf-5
Après ton accident, tu as repris le sport doucement, pour finalement t’y remettre à fond. Comment as-tu vécu cette période? Qu’est ce qui t’as poussé à te relever et à recommencer à te battre?
On ne peut pas dire que j’ai repris le sport à fond car très franchement lors de mes activités, je ne transpire pas à grosses gouttes! La première activité sportive que j’ai faite, c’est l’handi-ski l’hiver qui a suivi mon accident. Mon copain Steph était (est toujours d’ailleurs) moniteur de ski ce qui a pas mal facilité l’activité, pas besoin de me demander si derrière un dualski-piloté il va savoir faire un chasse neige sans croiser ses skis!
Du coup, on est parti un week-end, on a loué du matos, fait un check-up avec un moniteur qualifié handi et hop c’est parti!
Ça a été le déclencheur et depuis j’ai fait de la pongée, de la chute libre, du parapente, du kite. Que des activités que je n’avais jamais pratiqué avant car je n’ai plus la même vie qu’avant, je suis moins autonome et des activités telles que l’handi surf ne me rassure pas du tout !
Je suis une flipette quand je fais une activité “seule” dans l’eau alors que valide j’étais sauveteur aquatique! quel comble!! Avant, je faisais que des sports individuels comme la gym, l’escalade, la natation, la course à pied, maintenant je fais des sports “à deux”.

Au départ c’est très difficile à accepter de ne pas pouvoir faire une activité seule, c’est pour ça je pense, que je m’oriente plus vers les sports que je n’avais jamais pratiqué, ça évite la comparaison “avant-après”.
Ma vie aujourd’hui est quand même nettement moins rythmée par le sport, j’apprécie d’autres activités (et pas juste l’apéro et la bouffe comme pourrait le dire Vincent…) comme lire un bon bouquin sur la plage par exemple. Mais j’avoue que parfois je me demande comment les gens qui n’aiment pas le sport occupent leur temps libre, ça pourrait m’inspirer, surtout les jours de pluie!

Toutes mes activités, je les pratique avec Steph, mais c’est super de skier ou plonger avec des potes. En ce qui concerne le kite, ce qui est génial, c’est de naviguer avec les gens, de les croiser et ne plus les attendre au pic du soleil sur la plage pendant 4h… Il y a pleins de sports et d’expériences qui m’attire comme le bobsleigh, la rando à ski, le buggy kite…

Lea PMR tétraplégique kitesurf-6
Dans quelles circonstances as-tu commencé le kite?

J’ai découvert le kite en Novembre 2013 lors d’un séjour en Polynésie. Je n’avais jamais essayé auparavant, gamine, je n’arrivais même pas à faire voler un pauvre cerf volant !
J’entends parler de Tamatoa Gillot qui amène des gens en kite tandem à Moorea, je l’ai donc contacté et dis que je voulais essayer. Il m’a répondu simplement, “ok, viens, on va trouver un moyen”.

Et voilà, on a sanglé mes pieds à la planche, j’ai enfilé un harnais culotte et c’était parti! Bien sur, Steph était là pour nous installer, lancer l’aile…

De retour en France, j’ai remis ça, (avec une combinaison 5mm vu la température de l’eau!!) avec Polo, un copain moniteur de kite à Lacanau, c’était génial, on a bien rigolé! Maintenant, dès que je peux, que le vent est bon, le spot adéquat et qu’un rider se sent de se coller à moi pour m’amener, je repars rider. 


Lea PMR tétraplégique kitesurf-7
Explique nous comment ca se passe une session de kite quand tu es tétraplégique?
D’abord, il faut un spot avec peu de profondeur d’eau pour faciliter l’équipement dans l’eau. Car quand on est en fauteuil, c’est toujours plus facile d’enfiler un harnais ou mettre ses pieds dans les straps de la planche dans l’eau.
Ensuite, le fait d’avoir peu d’eau sécurise en cas de pépin, on peut tout larguer, la personne qui m’accompagne ne sera pas contraint de nager pour deux!

L’équipement: un simple harnais culotte auquel dans l’idéal, il faut ajouter de la mousse au niveau des sangles car ça cisaille vite car un para ou tétraplégique va glisser inévitablement dans son harnais.
Et pour la planche, deux paires de straps avec un scratch pour éviter le talon de se faire la malle.
Je suis devant et reliée à l’aile ce qui me tire vers le haut évitant celui qui est dernière de subir mon poids. Nos deux harnais sont par contre bien attachés.

La première sensation est celle de se retrouver debout! assez rare quand on est tétraplégique! Après, la glisse prend la place, la vitesse, les sauts… tout ce qui me sort de mon quotidien.

Lea PMR tétraplégique kitesurf-8
Tu voyages beaucoup. Comment tu t’organises au niveau de la logistique? A quoi faut-il penser? Qu’est ce qui pose problème?
Oui j’adore voyager, voir de nouveaux diaporamas. Bien sûr, ça nécessite une certaine logistique. Tout d’abord, il faut trouver un ou une auxiliaire de vie pour t’accompagner. Moi j’ai de la chance car mon copain (Steph) peut aussi beaucoup m’aider.

Ensuite, il faut calculer le matériel médical, anticiper la perte ou le retard de bagages quand on prend l’avion.Voyager en France en fauteuil avec le train, c’est génial, super adapté, des gens sont là pour aider et la sncf fait des tarifs préférentiels pour ceux qui sont obligés de voyager accompagner.
La merde, c’est l’avion! Je ne connais pas une seule compagnie aérienne qui traite les personnes handicapées comme des gens valides. Ils te convoquent 2 heures avant, pour te faire attendre 1h50; et une fois dans l’avion, ils t’installent à la place bien pourrie. Souvent en bout de rangée pour que les gens soient contraints de t’enjamber, loin des issues de secours (sélection naturelle) et entouré de gens : l’idéal quand tu dois te sonder avec du matériel stérile…
Oui car une fois assis, tu restes sur ton siège jusqu’à l’arrivée, ton siège est en soute donc tu ne bouges pas, tu attends que ça passe. Par contre si t’es enceinte ou avec un mioche en bas âge, alors là, oui t’as un super emplacement avec de la place et les hôtesses viennent de voir régulièrement…

Lea PMR tétraplégique kitesurf-4
Tu croques la vie à pleines dents, c’est génial! C’est quoi ton secret? D’où te vient cet esprit battant et cette joie de vivre si forte?
J’ai vite compris que j’avais deux solutions : soit me morfondre et attendre que la vie passe, saouler mes amis et mon entourage, soit exploiter la vie au maximum. Mais faut pas croire, même si je suis de nature à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, quand ça va pas, je pourrais démoraliser un régiment !

Quel conseil tu donnerais à un tétraplégique, qui comme toi, perdrait l’usage de ses membres bien trop jeune?
Que, oui c’est la merde, oui ça fait chier et qu’il y a des tas de trucs que tu ne feras plus jamais, mais y a toujours des + comme les files d’attentes que tu grilles (lol). Non simplement, moi je me dis qu’il y a bien pire que moi, des handi qui ont un fauteuil pourri, qui vivent dans les endroits ou c’est galère (y a pas que les handi d’ailleurs)… Et puis faire la gueule, il parait que ça facilite la naissance des rides! Alors be positive et si tu cours pas plus vite que ton voisin, tu pourras toujours lui rouler dessus!

Lea PMR tétraplégique kitesurf-2
Est ce que tu as des objectifs pour les mois / années qui viennent? Des projets? Des rêves?
Pour l’instant, j’explore la polynésie, je passe mes niveaux de plongée et me fais la main dans l’enseignement avec des élèves faciles. Après on verra, oui j’ai plein de projet comme celui de faire construire un petit chalet super adapté, un “chez moi parfait”, mais la question reste de savoir où….

Des rêves, j’en ai aussi beaucoup comme faire tous les états des USA en camion aménager, tester toutes les spécialités régionales françaises, traverser en vélo la France d’Ouest en Est de la Gironde en Savoie avec un vélo tandem bras (pour moi) et jambe (pour Steph)… En fait y a trop de trucs que j’ai envie de faire!!!


Lea PMR tétraplégique kitesurf-3
Est-ce qu’il y’a autre chose chose que tu voudrais dire?
Oui, il faut arrêter de surcouver les handis car ce n’est pas les intégrer ni les aider dans leur reconstruction. Un coup de pied au cul, concrètement c’est pas facile mais pourtant y en a pour qui ça serait une bonne chose.

Merci beaucoup Lea, c’est vraiment cool de rencontrer des gens comme toi! Ca donne vraiment la pêche… Peut-être bientôt à Tahiti alors :p
Source: http://www.kitetrip-planner.com/fr/le-blog/24-l-avis-de/1639-une-sacre-lecon-de-vie-rencontre-avec-lea.html

Laisser un commentaire